A l’occasion des Culturales® 2017, echangeparcelle.fr a choisi de dévoiler echangepatate.fr « pour mieux produire ses pommes de terre » et s’est vu récompensé pour ce projet par Bayer France le 14 juin midi.
logo BETTER IDEA for a better life - saison 2

 

L’équipe d’echangeparcelle.fr a profité des Culturales© et de la remise du prix Bayer Better Idea[1] pour présenter un nouveau site, echangepatate.fr, complémentaire au 1er et dédié aux producteurs de pommes de terre qui souhaitent échanger à l’année leurs parcelles avec des céréaliers car le précédent céréales est plus adapté à la plantation de pommes de terre.

​​
Photo des lauréats de Better Idea
Mickaël Jacquemin entouré de 3 des 4 autres lauréats de Better Idea : Bastien Hennequez, Pauline Mangin, Declan Gardiner. Manque Frédérick Besnard. Leurs projets sont disponibles ici.  

Pourquoi echangepatate.fr ?

Producteur de pommes de terre de consommation, Mickaël Jacquemin, agriculteur co-fondateur de ces deux sites, connaît la problématique inhérente à cette production : la plantation de pommes de terre ne peut pas se faire trop souvent dans le même champ au risque de voir des maladies se développer. Les producteurs sont donc chaque année à la recherche d’échanges de terres.

L’objectif d’echangepatate.fr est d’aider les producteurs de pommes de terre à développer les opportunités d’échange avec les céréaliers ouverts à la démarche, car cela peut représenter une diversification de son assolement, pour :

  • allonger les rotations culturales ;
  • diminuer les risques sanitaires : par exemple, il y a moins de taupins si la rotation des cultures de pommes de terre est d’au moins tous les 4 ans, pour diminuer les populations de nématodes à kystes de 20 à 30 % la rotation doit être allongée à 6 ans. (Source : BSV pommes de terre – DRAAF Hauts de France mars 2015 et mars 2017) ;
  • diminuer les fréquences de traitements ;
  • gagner en productivité ;
  • gagner en compétitivité.

Comment fonctionne echangepatate.fr ?​​schéma de fonctionnement d'échangepatate.fr

Pour s’inscrire, il suffit aux producteurs de pommes de terre, moyennant un coût d’inscription, de :

  • géolocaliser la zone sur laquelle il souhaiterait procéder à l’échange de parcelles pour implanter des pommes de terre ;
  • donner son mail, son téléphone mobile, ses nom et prénom ou un pseudonyme.

Le céréalier fait de même, gratuitement, en géolocalisant sa ou ses parcelles à échanger.
Ensuite, c’est l’algorithme informatique qui analyse les rapprochements possibles entre producteurs de pommes de terre et céréaliers. Il envoie par mail les parcelles échangeables avec les coordonnées de l’agriculteur. Il n’y a pas besoin de se rendre sur le site pour vérifier les opportunités d’échange. Une fois l’échange proposé, libre aux agriculteurs de négocier et de contractualiser comme ils le souhaitent : l’échange s’effectue pour une année de campagne agricole.

En quoi ce projet peut changer la vie des agriculteurs ?

Selon Mickaël Jacquemin : « Ce qui se faisait autrefois par connaissances et sans formalisme est simplifié, facilité, car les agriculteurs qui inscrivent leur parcelle sont ouverts à la démarche. »
Dans un contexte économique de plus en plus volatil et face aux aléas climatiques de plus en plus fréquents, les agriculteurs sont à la recherche de leviers pour gagner en compétitivité et développer la valeur ajoutée produite par l’exploitation, echangepatate.fr est donc un outil de plus en ce sens.

Grâce à ce site l’agriculteur s’intègre aussi dans une démarche plus agro-écologique puisqu’en allongeant les rotations la pression des maladies et des ravageurs diminue. L’agriculteur évite ainsi d’appliquer des traitements en trop grand nombre sur cette culture sensible au mildiou et qui nécessite surtout des fongicides.

Mickaël Jacquemin et con idée : echangepatate.fr

Présentation du projet en vidéo, réalisée par Bayer à l’occasion du concours Better Idea ici

[1] Récompense les bonnes idées pour améliorer le quotidien des agriculteurs. Parmi les projets déposés, 5 ont été récompensés le 14 Juin sur le stand de Bayer aux Culturales.